Top bonus
winamax poker Winamax est une très bonne salle. Patrick Bruel en est l'ambassadeur.
Profitez du bonus Winamax de 500€ à l'inscription.

everest poker Everest Poker est une salle très réputée en France !
Profitez du bonus 500€ lors de votre inscription.

pmu poker PMU Poker s'est placé comme un des leaders sur le marché !
Profitez du bonus cash de 30€ à l'inscription.

Nos Derniers Dossiers

Poker sur Mac

 

Découvrez avec notre dossiers les salles de poker compatibles pour mac.



Un Joueur au Hasard

David Benyamine

Véritable « Gambler », David Benyamine s’illustre sur les tables de Pot Limit Omaha. Le Magicpitch s’est hissé peu à peu aux meilleures tables de poker...

Comment jouer les paires (petites, moyennes, grosses)

Comment Jouer les Paires
Jouer As-As ...

Assis sur une table de poker, vivre des moments agréables est un luxe. En effet, quel que soit son niveau, la majorité du temps revient à se torturer l’esprit dans tous les sens. Ai-je la meilleure main ? Que pourrait-il avoir ? Autant dire qu’un peu de confort au moment de regarder ses cartes n’est pas du luxe.

Voir deux cartes semblables apporte forcément une petite satisfaction. Eh oui, mis à part si quelqu’un a une paire supérieure, ce qui n’est quand même que très rarement le cas, vous savez qu’une paire domine toute autre main, et donc que vous partez avec un avantage non négligeable.

Reste maintenant à profiter de ce petit cadeau des dieux du poker. Comment jouer les paires ? Même si, encore une fois, toute règle et tout conseil sont adaptables selon le contexte, voici quelques recommandations de bases pour jouer AA (les as), KK (les roi), QQ (les dame), JJ (les valets) ou encore 10-10, 2-2 ou 6-6 !

Les petites paires :

Les petites paires regroupent les paires qui vont du du au , et sont à jouer avec la plus grande prudence. Imaginez que vous relancez très fort avec et que vous êtes payé. Le flop a forcément de grandes chances de dévoiler des cartes supérieures au 3, et donc de multiples possibilités de meilleures paires que la votre.

Avec les petites paires, la prudence est donc de mise. La première règle est que face à une très forte relance, il est fortement conseillé de les coucher. En effet, une grosse relance dit très certainement une grosse main ( , , , , ou paire au dessus du 10). Dans le meilleur des cas, vous partez donc pour un 50-50. Je dis bien dans le meilleur des cas.

Ensuite, jouer vos petites paires dépend de votre position, ainsi que de la mise des autres. En position précoce, n’hésitez pas à jeter. Il reste beaucoup de gens à parler après vous et si vous êtes relancé, vous saurez qu’il vous faudra mettre beaucoup d’argent dans le pot et, qu’en plus, vous serez certainement en premier de parole après le flop, ce qui n’est pas un avantage.

En position intermédiaire, si personne n’a relancé avant vous, il peut être intéressant de tenter d’aller voir un flop pas cher. Il y a rarement plus juteux que d’aller voir un flop avec 5-5, d’avoir deux personnes avec vous, et de rencontrer un flop . Il est en effet très difficile de deviner que vous avez touché votre brelan. En revanche, vous savez, puisque vos adversaires n’ont pas relancé, qu’ils n’ont certainement pas , ou . Il n’y a plus qu’à prier pour qu’un des deux, voire les deux, aient x ou x. Dès lors, vous pouvez rêver au jackpot.

En position tardive, si personne n’a relancé avant vous, avoir une petite paire est une belle occasion de ramasser quelques jetons facilement. Une grosse relance peut vous permettre de faire coucher les suiveurs avant vous, le fait qu’ils n’aient que suivi montre très sûrement qu’ils n’ont pas une main forte, ainsi que les blinds. Si vous êtes surrelancé, attention. Certains joueurs ne lâchent pas leurs jetons facilement, et peuvent très bien vous croire dans un bluff, au vu de votre position idéale. Ici, votre lecture du joueur fera la différence.

Les paires moyennes :

Par paires moyennes, on entend les paires qui vont du au . La, les affaires commencent à être intéressantes, puisque vous avez quasiment toutes les chances d’avoir le meilleur jeu en main, et qu’un flop peut très bien conforter votre jeu. Imaginez que vous avez sur un flop . Autant avec la prudence est de mise. Autant avec votre main, les affaires s’engagent très bien, et il n’y a plus qu’à espérer qu’un gentil se soit mêlé à la bagarre.

En position précoce, vous pouvez tenter d’aller voir un flop pas cher. Limper (suivre la grosse blind), et même suivre de petites relances sont des mooves (coups) tout à fait acceptables.

En position intermédiaire, votre intérêt est légèrement différent. Votre paire moyenne est une bonne main, mais si vous offrez la possibilité à un d’aller voir le flop et qu’il y tombe un As, vous aurez loupé une occasion de gagner des jetons. Dans cette position, je recommanderai donc de relancer pour, soit isoler un joueur qui voudrait suivre votre relance, soit ramasser les blinds. Si vous êtes suivi, la prudence est de mise. A moins d’avoir un flop favorable (cartes en dessous de votre paire, brelan), n’engagez pas tous vos jetons sur le coup. Vous ne pouvez être à l’abri d’un joueur qui aurait une position meilleure que la votre.

En position tardive, les choses ne diffèrent guère de la position intermédiaire. Relancer sera obligatoire. Si vous êtes suivi, il n’y a plus qu’à espérer voir un flop favorable. Si vous êtes relancé, il y a de fortes chances pour que vous tombiez soit sur une paire supérieure, soit deux cartes supérieures. Dans ce cas, vous n’auriez qu’au mieux 50% de chances de gagner. Jouer tous ses jetons sur le coup sera-t-il vraiment rentable ? A vous de vous faire votre propre opinion au vu des joueurs que vous affrontez.

Les paires hautes :

Les paires hautes, ou les «monstres», sont donc les trois paires restantes : , et . Ici, la tactique est beaucoup plus simple. Quelle que soit la position, il faut relancer. La relance standard est d’environ 3 fois le montant de la grosse blind. Le but ultime, lorsqu’on reçoit une grosse paire, est de se retrouver face à un seul joueur, qui détiendrait une forte main, mais moins forte que la votre.

En effet, ne faire que suivre vous conduirait tout droit au précipice. Face à un joueur, avec ces paires, vous avez en moyenne 80% de chances de gagner le coup. Dans un pot multijoueurs en revanche, le risque d’accident est beaucoup plus fort. Avec ces mains, vous ne devez avoir aucune pitié. N’hésitez pas, si vous sentez qu’un joueur vous suivra, à aller à tapis avant le flop. Bien sûr, vous ne serez pas à l’abri de quelques mauvais coups, mais à moins d’être très malchanceux, vous sortirez très souvent gagnant de ce type d’affrontement.