Top bonus
winamax poker Winamax est une très bonne salle. Patrick Bruel en est l'ambassadeur.
Profitez du bonus Winamax de 500€ à l'inscription.

everest poker Everest Poker est une salle très réputée en France !
Profitez du bonus 500€ lors de votre inscription.

pmu poker PMU Poker s'est placé comme un des leaders sur le marché !
Profitez du bonus cash de 30€ à l'inscription.

Nos Derniers Dossiers

Poker sur Mac

 

Découvrez avec notre dossiers les salles de poker compatibles pour mac.



Un Joueur au Hasard

Bertrand Grospellier (Elky)

Le supernova français du poker s’appelle Bertrand Grospellier, plus connu sous le pseudonyme de « Elky ». Monstre sacré en Corée du jeu vidéo, il parvient...

Mains de depart et positions

Voilà, c’est le vrai début. Après avoir regardé une dernière rediffusion du World Poker Tour commentée par notre Patrick Bruel national, vous vous êtes lancé. Soit vous avez décidé de déposer quelques dollars sur une salle de poker en ligne. Soit vous avez acheté tapis, jetons, cartes, et convié quelques amis à une initiation au poker. Soit, encore, pour les plus téméraires d’entre vous, vous avez pris votre voiture vers le casino ou le cercle de jeux le plus proche pour, vous aussi, vous retrouver à prendre des décisions difficiles avec une pile de jetons devant vous.

Mais voilà, alors que vous avez lu, relu, et assimilé les règles, une question arrive inévitablement. Avec quelles cartes dois-je jouer ? En effet, la majorité des retransmissions télé montrent seulement les plus beaux coups, avec les plus belles mains. La réalité reviendra bien vite quand vous recevrez un , et quand vous vous rendrez compte que les bons jeux sont en fait une minorité.

Je vais donc essayer de vous dresser une forme de théorie adaptable, évidemment, selon différents contextes, car aucune partie de poker ne se ressemble.

S’il faut retenir un principe de base pour la sélection des mains au départ, c’est que cette sélection évolue selon la position que vous avez à la table. Cela ne vous paraît pas très clair ? Prenons un exemple d’une table de dix joueurs, et regardons cela de plus près.

Mais avant, une précision est importante, même si cela peut sembler évident au premier abord. L’éventail des mains que je vais vous exposer ne peut être valable que dans le cas où un autre joueur n’a pas relancé fortement avant vous. Petit exemple : vous êtes au bouton, donc en position tardive. Vous dévoilez . Sans relance avant vous, cette main, vous le verrez, fais partie des mains jouables selon moi. En revanche, elle peut être dominée par tellement de mains que si quelqu’un relance suffisamment fort avant vous, il faudra bien évidemment la coucher.

Je le répète, ce qui va suivre n’est qu’une approche théorique. Les conditions de jeu sont ensuite variable à l’infini. Ce sera donc à vous de vous adapter.

En position précoce :

On considère qu’un joueur est en position précoce quand il fait partie des trois joueurs situés après la grosse blind. Ces positions sont considérées comme les pires sur une table de poker, pour deux raisons. La première, c’est que personne n’a parlé avant vous, et que vous n’avez donc aucune information sur ce que peuvent avoir les autres joueurs. La seconde, qui en découle logiquement, c’est que les autres joueurs parlent après vous. En conséquence, beaucoup plus de joueurs sont susceptibles de relancer, de juste payer votre main. Bref de prendre des décisions qui ne feraient pas votre affaire.

En conséquence, la sélection des mains, dans ces positions, sera la plus exigeante. Logiquement, vous devez jouer beaucoup moins de coups dans ces positions, puisque vous jetterez plus de mains. Reste à savoir lesquelles…

Les paires : Il est toujours agréable de recevoir une paire. Eh oui ! Vous savez que vous avez déjà atteint le second échelon des combinaisons possibles, et partez donc avec un avantage sur la majorité des joueurs. Cependant, toutes les paires ne se jouent pas en position précoce. En effet, jouez , et un flop arrive. Vous êtes le premier à parler, et vous trouvez donc bien embêté pour savoir quoi faire…puisque n’importe quel joueur qui a suivi peut avoir une des ces trois cartes, et donc vous battrait. Et je ne parle pas d’un joueur qui vous relancerait préflop (avant le flop). Il serait impossible de suivre et ce serait donc de l’argent perdu. Dès lors, il vaut mieux ne jouer que les paires à partir du 9. En dessous, n’ayez pas de regrets à jeter.

Les gros connecteurs : On appelle connecteurs deux cartes qui se suivent ( , …). L’intérêt de ces connecteurs réside surtout dans le fait que vous avez plus facilement l’opportunité de réaliser une quinte. Seulement, en position précoce, il ne faut pas jouer n’importe quels connecteurs. Je recommanderai de ne jouer que les gros, que sont et . Pourquoi ceux-là ? Tout simplement parce qu’en plus de l’opportunité de se rapprocher de la quinte, vous pouvez également trouver une paire qui serait très sûrement une top paire (paire constituée avec la carte la plus forte du board, autrement dit le tableau). Les autres connecteurs, vous aurez l’occasion de les jouer à d’autres moments. Vous pourrez également tirer avantage du fait que ces connecteurs soient assortis, autrement dit de la même couleur, puisque vous aurez en plus l’opportunité de toucher une couleur.

Remarque : A ce stade, il est important d’apporter une précision au niveau des cartes assorties. Il est certes très agréable de recevoir deux cartes de la même couleur. Gare, cependant, à ne pas les surestimer. En effet, il est établi que en prenant la même main, non assortie et assortie, le pourcentage de chances supplémentaires de remporter le coup est de…3%. Autrement dit, si vous pensez jeter une main non assortie, n’ayez aucun regret à jeter la même, bien que les deux cartes soient de la même couleur…

Un As bien accompagné : Et je dirais même, extrêmement bien accompagné ! En résumé, il y a deux mains que vous pouvez jouer à coup sur : et . Si une des deux cartes apparaît sur le flop, vous êtes à ce moment là quasiment sur que vous possédez la TPTK (Top Paire Top Kicker). Certains pousseront jusqu’à AJ, ou A10, à chacun sa convenance. En dessous, en revanche, il est recommandé de jeter.

C’en est tout pour la sélection des mains quand vous êtes placés en position précoce. Examinons maintenant quelles mains peut-on rajouter lorsque nous sommes dans une position intermédiaire.

En position intermédiaire :

On considère qu’un joueur est en position intermédiaire (vous entendrez aussi milieu de parole) quand il est situé dans les trois places suivant la position précoce. Cette position commence à être intéressante, car vous avez déjà au moins trois joueurs qui ont parlé avant vous, vous donnant des indications sur leur jeu, et donc sur la manière dont vous pourrez jouer vos mains.

Cette meilleure position va vous permettre de jouer un éventail un peu plus large de mains. Je vais donc essayer de vous dresser les quelques mains supplémentaires que vous pouvez envisager de jouer, en plus de celles déjà expliquées en position précoce.

Les paires moyennes : En position précoce, je vous recommandais de ne jouer que les paires égales et supérieures au 9. En position intermédiaire, il me semble raisonnable de descendre vos exigences jusqu’à la paire de 6.

Des connecteurs plus raisonnables : La encore, vous pouvez revoir vos exigences à la baisse. , , voire même 9-8 sont des connecteurs jouables sans regret en position intermédiaire.

Les gros connecteurs «à trou» : Pas formidable comme terme, j’en conviens. Cependant, c’est le plus clair que l’on ait pu trouver pour qualifier deux cartes qui sont proches et permettent donc de réaliser une quinte. Difficile de définir ce type de mains assez clairement, autant donc vous donner des exemples. sont des connecteurs à trou, puisqu’il y a le 7 entre les deux. sont des connecteurs à trou, puisqu’il y a le 9 entre les deux. Bref, je pense que vous avez saisi le concept. En position intermédiaire, ce type de connecteurs est jouable, mais seulement si ce sont de gros connecteurs. Toujours le même principe, la quinte est réalisable, et l’opportunité de trouver une paire intéressante n’est pas négligeable. et sont les deux seuls connecteurs à trou que je recommanderais dans ces positions. En dessous, vous pouvez jeter sans regret.

Un As avec une carte au dessus de la moyenne : En position précoce, je vous avais recommandé de ne jouer que les As extrêmement bien accompagnés. Là encore, vous pouvez être un peu moins strict dans votre sélection, et des mains comme , ou peuvent être jouées sans que le risque soit trop important. En dessous, en revanche, c’est encore un peu prématuré. En effet, difficile de répondre, avec , avec une relance d’un joueur en position tardive. De plus, si un As tombe au flop, votre kicker n’a rien d’exceptionnel, et un joueur qui aura , ou mieux se fera un plaisir de vous tendre un piège dans lequel vous tomberez à coup sûr.

Enfin, on y arrive aux positions intéressantes ! Le bouton a tourné, et vous vous retrouvez désormais en position tardive. LES positions préférées de tous les joueurs de poker. Voyons donc quelles mains sélectionner dans ces situations.

En position tardive :

Au moment ou vous recevez vos cartes, on considère que vous êtes en position tardive aux quatre dernières places de la table. Cependant, il est indispensable de faire un distinction entre cut-off (personne située juste avant le donneur) et le donneur lui même (qu’on appelle également joueur au bouton), par rapport à la petite et grosse blind. En effet, au cut-off et au bouton, vous êtes en position tardive avant et après le flop. En revanche, en petite et grosse blind, certes vous serez les derniers à parler avant le flop, mais vous devez garder dans un coin dans votre tête qu’après la distribution du flop, vous serez en revanche en premier de parole et donc dans une situation délicate. Cette distinction est capitale.

Au cut-off et au bouton :

Le cut-off et le bouton sont les deux positions favorites des joueurs de poker. Vous êtes les derniers à parler avant et après le flop. En conséquence, vous saurez tout des autres joueurs, avant même que ce soit votre tour de parler.

De ce fait, votre éventail de mains sélectionnables peut s’élargir considérablement, voyons donc les mains supplémentaires que vous pourrez jouer.

Les petites paires : Au cut-off et au bouton, vous pouvez jouer toutes les paires. C’est aussi simple que cela. Vous avez une position qui vous permet d’aller voir des flops pour une somme que vous connaissez, vu que toutes les mises ont eu lieu avant vous. Et si rien ne tombe au flop, vous serez encore le dernier à parler et aurez donc la possibilité de savoir, par la mise des autres, si votre paire représente toujours une certaine force, ou s’il est temps de la jeter.

Quelques connecteurs supplémentaires : , ou encore sont des connecteurs que vous pouvez jouer en position tardive. Vous ne prendrez que peu de risques et avez l’opportunité de gagner gros si vous touchez votre flop. Le fait de parler en dernier, encore une fois, vous donnera un avantage supplémentaire énorme.

La majorité des As : Dans ces positions, vous aurez l’opportunité de jouer la majorité des As que vous recevrez, quel que soit la carte qui l’accompagne. Si un As tombe, gardez cependant à l’esprit qu’un joueur placé avant vous peut aussi en avoir un également, et avec un meilleur kicker, ce qui vous mettrait dans une situation compliquée.

Des mains un peu plus marginales : Dans ces positions, vous savez combien vous devez mettre pour aller voir un flop. Parfois, vous n’avez pas besoin de miser grand chose. C’est l’occasion de tenter des coups, d’aller voir des flops avec des mains un peu plus marginales. est un connecteur à trou, mais comme c’est le seul supplémentaire que vous pouvez jouer sans être trop ambitieux, inutile de créer une catégorie spéciale pour cette main. Il peut être intéressant également de jouer des grosses cartes, même si la seconde laisse à désirer. , , , voire sont des mains jouables. , , également. Attention, cela reste des mains marginales, et les jouer peut donc comporter certains risques…

En petite et grosse blind :

Comme je vous l’ai exposé précédemment, la petite et grosse blind sont des positions compliquées à négocier. En effet, vous avez déjà mis de l’argent sur la table, qu’il peut être difficile d’abandonner. En conséquence, vous pouvez être tenté de suivre avec presque tout, juste pour voir un flop en vous disant «j’ai déjà mis de l’argent dans le pot, ça serait dommage de ne pas voir les cartes». Il y a des mains avec lesquelles vous pourrez avoir ce type de réflexion. Mais d’autres non, et il faudra donc jeter votre jeu.

Il y a un cas, au final, ou vous aurez la possibilité de jouer n’importe quelle main. Si vous êtes de grosse blind, et que personne n’a relancé avant vous, il vous suffira de checker, avec n’importe quelle main, et le flop apparaîtra. Attention, je ne vous dis pas de checker à chaque fois que vous êtes de grosse blind, ne vous méprenez pas !

Dans les autres cas, la situation est si complexe dans ces deux positions que je ne peux pas les dissocier des mises qui ont eu lieu avant vous. Mais pour ne pas faire trop compliqué, car les informations sont déjà nombreuses, je vous donnerais des recommandations simples.

S’il n’y a pas eu de relance avant vous, votre sélection de mains peut s’apparenter à celle que vous appliqueriez en position tardive.

S’il y a eu une petite relance avant vous, votre sélection de mains peut s’apparenter à celle que vous appliqueriez en position intermédiaire.

S’il y a eu une forte relance avant vous, votre sélection de mains peut s’apparenter à celle que vous appliqueriez en position précoce. En cas de très force relance, ne gardez que les très grosses mains : , , (éventuellement ) ainsi que ,

Voilà, si vous respectez cette sélection de mains, je ne garantis pas que vous gagnerez toutes mains dans lesquelles vous vous engagerez mais vous vous donnerez toutes les chances, en revanche, de remporter de jolis pots. Maintenant, je le répète, aucune partie de poker ne se ressemble, et toute théorie est adaptable. Bonne chance à vous, et que le jetons soient nombreux !